L’Assassinat de Lumumba

 

Image

Image

‘Belgique : Le parquet fédéral autorisé à enquêter sur l’assassinat de Lumumba’

Décembre 13, 2012

Le parquet fédéral peut ouvrir une enquête judiciaire sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba en 1961. Cette décision a été rendue par la chambre des mises en accusation de Bruxelles. Selon celle-ci, l’ancienne colonie belge était à cette époque confrontée à un conflit armé et l’assassinat de l’ancien Premier ministre du Congo pourrait constituer un crime de guerre.

Des fils de feu Patrice Lumumba ont porté plainte au parquet fédéral en Belgique avec constitution de partie civile, contre une douzaine de survivants, des policiers, des politiciens et des fonctionnaires. Parmi ceux-ci, seulement huit vivent encore. L’un d’eux serait Jacques Brassinne, diplomate belge au Katanga en 1961. Les autres noms qui apparaissent sont ceux d’Etienne Davignon, alors jeune diplomate, et Charles Huyghé, à l’époque chef de cabinet du ministre de la Défense katangais.

Avant que le parquet fédéral ne puisse ouvrir une enquête, on devait déterminer si les juridictions belges étaient compétentes. S’estimant compétent, le parquet fédéral s’est basé sur la loi de la compétence universelle de 1993, qui autorise la justice belge à engager des poursuites dans le cadre de crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou crimes de génocide commis hors du territoire belge. Les plaignants ou les prévenus doivent toutefois avoir un lien avec la Belgique, ce qui est le cas ici.

La chambre des mises a donné raison au parquet fédéral et a jugé que l’assassinat de Lumumba pourrait être un crime de guerre et qu’une enquête pouvait être menée dès lors en Belgique.

http://oeildafrique.com/le-parquet-federal-autorise-a-enqueter-sur-lassassinat-de-lumumba/

2 thoughts on “L’Assassinat de Lumumba

  1. Lumumba assassiné

    ‘Lumumba revient hanter la Belgique’

    21 juin 2010

    Congo – La famille de l’ex-Premier ministre dépose plainte pour «crimes de guerre»
    Voilà de quoi nourrir, un peu davantage, la polémique sur les relations entre la Belgique et le Congo, en cette veille de la commémoration du cinquantenaire de l’indépendance, le 30 juin : la famille de l’ex-Premier ministre congolais Patrice Lumumba, assassiné peu après le coup d’Etat de Mobutu en 1960, a décidé de déposer plainte, entre les mains d’un juge d’instruction bruxellois, contre une dizaine de Belges qui se seraient rendus complices de ce « crime de guerre ».

    Ces personnalités, provenant des milieux politiques et militaires, seront nommément citées dans la plainte. Mais pas lors de la présentation de celle-ci à la presse, pour respecter le secret de l’instruction.

    C’est ce mardi que l’action en justice sera présentée, simultanément à Bruxelles et à Kinshasa. Chez nous, dans les locaux de la Ligue des droits de l’homme qui accueille l’événement. « Au nom de la lutte contre l’impunité », nous précise Benoît Van der Meerschen, son président.

    Plusieurs sources ont alimenté la plainte : les écrits de l’historien Ludo De Witte, les travaux de la commission d’enquête parlementaire belge de 2001, ainsi que des travaux et publications de l’ONU. Elle ne repose donc pas sur de nouvelles enquêtes portant leur lot de révélations.

    « Les éléments d’information sont connus, nous explique l’avocat des plaignants, Me Christophe Marchand. La commission d’enquête s’était cependant limitée à dégager une “responsabilité morale” de la Belgique dans les événements tragiques qui ont conduit à la mort de Patrice Lumumba. Mais il fallait aller au-delà de la simple responsabilité collective. Il y avait des éléments pour pointer des responsabilités individuelles. La commission aurait dû dénoncer ces faits au parquet. Ce qu’elle n’a pas fait. »

    La plainte est dès lors présentée comme la suite logique d’éléments d’enquête antérieurs. Mais juristes et avocats ont dû veiller à ce qu’elle soit toujours d’actualité et que les faits ne soient pas prescrits.

    « En fait, poursuit Christophe Marchand, il s’agit de crimes de guerre, imprescriptibles. Il y avait bien un conflit armé au Congo en 1960, les Belges y étaient impliqués, ce qui constitue une ingérence dans un Etat souverain. Cela résulte du travail de la commission parlementaire. Et dans ce contexte, des arrestations arbitraires, le transfert de prisonniers, la torture, l’absence de procès équitable constituent des crimes de guerre. »

    Si cette plainte ne tombe vraisemblablement pas par hasard en pleine commémoration de l’indépendance, c’est surtout du côté de la Belgique qu’elle devrait créer des remous. Et d’abord, pour les personnalités, toujours en vie, acteurs ou complices de ces faits en 1960-1961. Du moins si un juge se donne la peine de mener les investigations permettant d’éclaircir chaque responsabilité, à charge et à décharge.

    Des intérêts divergents

    Que pensent les Congolais de cette affaire, du rôle de la Belgique ? Ils s’en moquent. Ce qui compte, c’est que Albert II, le frère du roi Baudouin, revienne au Congo. Seul ou avec une forte délégation, seule importe la portée symbolique de la présence royale. Au Katanga, où Lumumba fut assassiné le 17 janvier 1961, un grand portrait de Moïse Tshombe, le premier gouverneur de la province, sera inauguré le 30 juin. « Ici, nous honorons tous nos héros, dit Katumbi, le gouverneur de la province. Le temps a passé, tous les dirigeants des années 60 sont entrés dans l’histoire, rouvrir le dossier Lumumba, c’est de la distraction… »

    Mais si la procédure judiciaire qui s’amorce en Belgique ne suscite guère d’intérêt parmi les jeunes (60 % de la population n’était pas née en ’60), en revanche elle réjouit les nationalistes qui ont de la mémoire. « Cette procédure est une bonne chose, estime le Docteur Jean-Baptiste Sondji, ex-ministre de la Santé. Il n’est pas trop tard pour faire la lumière et rendre justice. On oublie trop souvent que le Congo a payé un lourd tribut à ce crime de la première heure, à ce refus du résultat des élections démocratiques. Il n’est pas trop tard pour évaluer le coût de la politique menée par la Belgique à cette époque… ».

    http://blog.lesoir.be/jour-apres-jour/2010/06/21/lumumba-revient-hanter-la-belgique/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s